29 Cha'ban 1438
Recherche Avancée
Facebook Twitter Youtube RSS
Dogmes Société et famille Transactions financières Morale et bienséance Délits et Justice Us et coutumes nouveautés Actes cultuels

Les parents incroyants

Je suis convertie et mes parents sont morts. Mon père et ma mère étaient mécréants. Est-ce que je peux les sauver de l'Enfer ou non ? Ils sont tous les deux morts à la suite d’une maladie.

Réponse : S.E. Sheikh Hassûnah An-Nawâwî

Allah, le Très-Haut, a plus de pitié de Ses serviteurs qu’eux-mêmes. Il a qualifié Son Elu bien-aimé de haute moralité et de miséricorde envoyée au monde. En effet, le Prophète aimait les bons actes et faisait l’éloge de leur auteur quoique non-musulman. Lorsqu’on a afit comparaitre devant le Prophète les captives de la tribu Tayy’ dont la fille de Hatem at-Ta’i, connu à l’époque préislamique par ses largesses démesurées et ses nobles actes, il dit : « Libérez-la à titre d’hommage rendu à son père extrêmement généreux et Allah aime les bienfaiteurs. ». A ce moment-là, un compagnon se leva pour dire: « O Messager d’Allah! Allah aime-t-Il les auteurs de bons actes ? », « Par Celui qui tient mon âme entre Ses Mains, nul autre que les personnes de bons caractères n’accède au Paradis ! », Indiqua le Prophète.
A vrai dire, le jugement porté sur la conduite d’une personne dans ce bas monde se diffère largement du jugement divin à l’au-delà. A en juger par l’apparence, il arrive qu’on accuse une personne de mécréance pour la simple raison qu’elle n’a pas embrassé l’Islam bien qu’elle ne nie pas cette religion. Ce jugement humain n’entraine pas forcément que la personne accusée d’incroyance sera destinée temporairement ou éternellement à l’Enfer. Il se peut également qu’Allah pardonne et excuse cette personne à qui le vrai message de l’Islam n’est pas parvenu. Et dans ce cas, elle fera partie des Gens mis à l’épreuve le Jour du Jugement. A cet égard, Allah dit : « Il ne sied ni au Prophète ni aux croyants d’implorer le pardon de Dieu en faveur des polythéistes, fussent-ils leurs proches, une fois bien établi que ceux-là sont destinés à être les hôtes de l’Enfer. » (at-Tawba, 113).
Dans ce verset, l’interdiction de solliciter le pardon en faveur des mécréants dépend de la ferme conviction que leurs cœurs sont fermés à l’appel de l’Islam. Et par conséquent, le verset sous-entend qu’en cas d’incertitude, il n’y a pas d’inconvénient de solliciter le pardon divin en faveur du mécréant bienfaisant, même si l’on va jusqu’à invoquer Allah pour qu’Il allège son châtiment. Il est rapporté que certains damnés pourraient aspirer à l’allégement du supplice grâce à l’intercession bénie du Prophète. Alors du point de vue religieux, il est interdit de confisquer le droit d’espérer à la miséricorde divine.
Par conséquent, rien n’empêche à ce que vous invoquez Allah en faveur de vos parents dans l’espoir que leur peine soit allégée le Jour Dernier, s’ils sont morts réellement en mécréants ; car la Miséricorde divine embrasse toute chose. Allah Seul sait la vérité de la foi de chaque personne.
Et Allah Seul le sait par excellence.
 

Accueil A propos de Dar Demande de Fatwa Site Map Opinions et Suggestions Contacts